Les Guérisseurs Kallawayas



La cosmovision andine

La "cosmovision andine" est la culture spirutelle ancestrale héritée de la civilisation pré-inca de Tiwanaku : née plusieurs millénaires avant J.-C. sur la rive sud du lac Titicaca, à plus de 3 800 mètres d'altitude, elle a dominé particulièrement la moitié sud des Andes centrales entre le Vè et le XIè siècle. Ci-joint : statut "The Monk", au site archéologique de la Cité du Soleil de Tiahuanaco.

Le concept spirituel de la cosmovision andine considère que l'homme, la Terre Mère ("la Pachamama") et le Père Soleil ("Tata Inti"), sont intégrés dans un tout. L'homme et tous les êtres de la nature vivent en permanance en relation les uns avec les autres. Cette nature, vue de manière globale, est un être vivant. L'homme possède une âme, une force de vie, que possèdent également toutes les plantes, les animaux, les montagnes, les lacs, la pluie, etc., et comme l'homme est la nature même, il ne domine, ni ne prétend dominer celle-ci. Il vit dans la nature, comme étant une partie d'elle. C'est pour cela que les populations indigènes andines pratiquent des rituels et cérémonies exprimant un grand respect à la nature.

tiwanaco.jpg
kallawayas.jpg

Rencontre avec le peuple Kallawaya

Les Kallawayas, guérisseurs itinérants, ont donné leur nom à la population Kallawaya, vivant dans les hautes vallées de Charazani (3200 m. d'altitude, cordillère d'Apolobamba, Prov. Bautista Saavedra, dép. de La Paz). Ils sont réputés pour avoir été les médecins officiels de la noblesse Incaïque ; mais aussi pour leurs voyages au-delà des Andes, au cours desquels ils prodi-guaient soins et remèdes. Le nom "Kallawaya" signifie d'ailleurs "le médecin qui porte des plantes sur le dos".

Aujourd’hui, tous les Kallawayas ne sont pas médecin, seuls quelques-uns en font leur profession. Mais ils ont tous une pratique familiale plus ou moins importante de l’usage des plantes, des rituels de soins et de la cosmovision qui leur est propre. Quelques-uns maîtrisent encore leur langue secrète le Machay Juyai : une langue de famille élaborée au fil des siècles, au sein de leur groupe de parenté ("ayllu"), à l’intérieur duquel s'est transmis le savoir médicinal holistique de génération en génération. La langue quotidienne (relations sociales) est ici le quechua.

Un des aspects fondamentaux de la culture Kallawaya est l’étroite relation entre les villages des différents étages écologiques :
-
les forêts sub-tropicales des pré-yungas (1700 à 2700 m) : culture d'agrumes, coca, canne à sucre.
- les hautes vallées (2700 à 3800 m), où se trouvent les villages Kallawayas : cultures de céréales, légumes et pommes de terres.
- l'altiplano (399 à 4400 m), zone désertique et aride où l'on pratique l'élevage de lamas et alpacas.

Les habitants de ces villages réalisent des échangent entre eux, non seulement au niveau social et économique, mais aussi au niveau des rituels.
D'ailleurs, les Kallawayas considèrent que leur santé est fortement liée à une alimentation de produits venant d’altitudes et climats différents, et aux relations avec les paysans qui produisent ces aliments.

Au delà de la médecine traditionnelle (lire ci-dessous), la culture Kallawaya est riches de savoirs ancestraux qui perdurent encore aujourd'hui : en particulier, la musique et le tissage (vêtements, ponchos, aguayos...).

"La cosmovision andine des Kallawaya"
a été inscrite en 2008 par l'UNESCO sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité pour la Bolivie (originellement proclamé en 2003).

mercado-2.jpg

La médecine traditionnelle Kallawaya - Médecins du corps, guérisseurs de l'âme

Les guérisseurs Kallawayas sont de grands spécialistes des plantes médicinales recouvrant un large panel d'écosystèmes. Ils circulent en effet beaucoup de la haute-amazonie à l'atiplano, pour rechercher leur ressources végétales mais aussi animales et minérales. Ils élaborent diverses préparations (tisanes, pommades, cataplasmes,...), et ils pratiquent des rituels de guérisons en lien avec les énergies terretres et célestes. Par des prières, des offrandes, de la musique, les Kallawayas dialoguent avec les éléments naturels, les divinités et les âmes des ancêtres : ainsi, ils savent apaiser leur colère ou solliciter une faveur, afin d'améliorer l'état du patient.

Comme beaucoup de peuples andins et amazoniens, les Kallawayas ont aussi cette capacité d'écoute et d'interprétation des manifestations et changements de la nature (par exemple, la présence de tel ou tel oiseau, la disposition des étoiles...), dans leur quotidien comme dans les rituels de soin. Relevant de la cosmovision andine, les Kallawayas considèrent donc que la santé résulte de l'équilibre global entre l'homme, la terre, les animaux et plantes, les montagnes (...), l'harmonie au sein des communautés villageoises, vivant dans un profond respect et la pratique des coutumes. 

Pour en savoir plus sur la médecine des Kallawayas, lisez les ouvrages d'Ina Rösing :
La mesa blanca Callawaya - Variaciones locales y curacion del susto
Dialogos con divinidades de cerros, rayos, manantiales y logas : oraciones blancas Kallawayas
Las almas nuevas del mundo Callawaya - Analysis de la curacion ritual Callawaya para vencer penas y tristezas

20070111004516-kallawaya-panama-1.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×